Le Canada ne peut se permettre de creuser un fossé numérique

Les entreprises dépendent d’un effectif futur qui possède les bonnes aptitudes en matière de TI, mais l’accès aux technologies de base demeure encore un défi. Une stratégie numérique à l’échelle nationale s’impose.

Share this article:

Il est temps d’actualiser la promesse de prospérité faite par Herbert Hoover en 1928 et de réaliser que chaque foyer a besoin d’un ordinateur connecté à Internet.

Bon nombre de mes collègues seront d’accord avec moi pour réclamer l’accès universel aux ordinateurs, en s’assurant d’abord que tous les ménages avec des enfants d’âge scolaire ont accès à un ordinateur raccordé à Internet.

Trop souvent, les programmes gouvernementaux qui ciblent l’accès à large bande ont tenu compte de l’aspect fourniture de l’équation, en créant des subventions pour aider les télécommunicateurs dans les marchés ruraux à compenser les coûts de construction d’un réseau à large bande dans des régions peu peuplées. Ces programmes ont comme objectif de fixer le prix des services à large bande, sans se soucier de leur abordabilité relative.

Par conséquent, les efforts pour accroître la demande en favorisant davantage l’adoption des ordinateurs et en améliorant les compétences numériques se sont avérés insuffisants. Mais grâce aux initiatives gouvernementales et au leadership du secteur privé, les Canadiens ont désormais accès à un service à large bande, même dans les régions les plus isolées du pays.

Pratiquement chaque foyer ayant déjà un ordinateur a aussi une connexion Internet. Par contre, près d’un ménage sur cinq au Canada n’a pas encore d’ordinateur.

Comme on peut s’en douter, le fait de posséder un ordinateur dépend grandement du niveau de revenu des ménages. Ainsi, environ la moitié de ceux affichant les revenus les plus faibles ne possèdent pas d’ordinateur, alors que presque tous ceux qui affichent les revenus les plus élevés en ont au moins un.

Les États-Unis ont donc lancé un programme intitulé Connect2Compete permettant de fournir un ordinateur remis à neuf et une connexion Internet à prix abordable aux ménages à faible revenu qui ont des enfants d’âge scolaire. Divers partenaires aident aussi à fournir du soutien technique à ces ménages et à développer leurs compétences en matière de technologies numériques.

Nous avons besoin d’un tel programme au Canada. Le modèle américain montre qu’il est possible de lancer le programme sans l’appui financier du gouvernement. C’est bon pour l’économie, c’est bon pour les collectivités, et c’est ce qu’il y a de mieux à faire.

En mai 2012, lors de l’émission The Cable Show, le président de la National Cable Television Association (NCTA), Michael Powell, a affirmé « qu’un enfant n’ayant pas accès à Internet aura de plus en plus de mal à s’en sortir à l’ère de l’information ». Sans ordinateur à la maison, les enfants de ménages à faible revenu ne peuvent être aussi efficaces à l’école que leurs camarades de classe. En sont pour preuve les données indiquant que les adolescents font désormais autant leurs devoirs en ligne que sur papier.

Voilà un problème qui peut être corrigé.

Comment pouvez-vous contribuer à sa résolution?

Dans chaque province, il existe un organisme qui recycle les ordinateurs usagés encore en bon état afin de les remettre à des apprenants à faible revenu. En Ontario, Renewed Computer Technologies est toujours à la recherche d’ordinateurs dont les entreprises – comme la vôtre peut-être – souhaitent se débarrasser.

La connectivité numérique constitue dans les faits un plus gros problème dans les centres urbains que dans les collectivités rurales. Nous devons nous assurer que les enfants de ménages à faible revenu auront la possibilité de décrocher des emplois dans l’économie numérique, et vous pouvez nous aider à fournir un ordinateur à un foyer dans le besoin.

 Vous pouvez en lire plus sur le sujet ou sur d’autres questions importantes concernant l’industrie sur le blogue de Mark – Telecom Trends. De nouveaux articles y paraissent régulièrement.

Share this article:
Comments are closed.