Comment les TI peuvent aider les PME à composer avec les 11 types de personnalité que l’on retrouve dans toute réunion

Une récente vidéo satirique met en scène les types de personne que l’on retrouve le plus souvent dans les discussions de bureau. Heureusement, les communications unifiées peuvent sauver la mise!

Share this article:

SMB meetings personality conflicts

Il y a environ sept ans, je m’étais inscrit à un atelier d’une semaine qui s’appelait « Finding Your Career Path! » (Pour trouver votre voie professionnelle), ou quelque chose du genre. (Je me souviens qu’il y avait un point d’exclamation à la fin du titre et que j’étais alors en pleine remise en question professionnelle). Nous avons passé toute une journée à parler des fameux tests de personnalité à codes de couleur.

Il s’est avéré que ma personnalité est du type bleu-vert. Cela signifie essentiellement que je suis une personne sensible et éprise de poésie qui souhaite seulement que tous s’entendent, mais qui possède aussi un esprit curieux, constamment à la recherche de connaissances appuyées par des preuves factuelles. L’animateur de l’atelier, expliquant que les personnalités de type bleu-vert ne sont probablement pas faites pour travailler à la télévision, m’a conseillé de quitter complètement ce milieu.

Plus récemment, j’ai découvert quel était mon « type de personnalité de réunion ». Il ne s’agit pas d’un véritable système permettant de définir les types de personnalité, mais d’une représentation satirique des principaux comportements et rôles que les gens ont tendance à adopter pendant les réunions. Ces grands types de personnalité sont décrits comme suit dans une vidéo désopilante du fournisseur de solutions de collaboration Air Tame :

– Le maître du temps (The Time Nazi) : Tient plus à l’ordre du jour qu’à son premier‑né.

– L’éternel retardataire (Get Here When You Can Guy) : Arrive toujours en retard.

– Le négatif (The Negator) : Peut trouver une faille dans n’importe quoi.

– Le susceptible (Ol’ Thin Skin) : Est constamment offensé.

– L’amateur de paraboles (WT Ephraim) : Prouve que les mauvaises idées existent.

– Le bavard (The Rambler) : Est capable de débiter une phrase de 14 paragraphes.

– Le dominateur (The Dominator) : N’a jamais entendu de meilleures idées que les siennes.

 L’accro des réseaux sociaux (The Social Networker) : Est entièrement présent (mais a la tête ailleurs).

– Le bidouilleur de présentations visuelles (Visual Presentation) : Fait des efforts qui n’en valent jamais la peine.

– Le mauvais scribe (Underachieving Scribe) : Est la meilleure personne pour prendre les pires notes.

– Le leader (The Leader) : En a évidemment que le titre. Ces personnifications sont amusantes parce qu’elles contiennent un brin de vérité.

Cependant, pour un gestionnaire qui essaie de tenir une importante réunion, l’obligation de composer avec toutes ces personnalités autour de la table n’a rien de drôle. Heureusement, la technologie peut contribuer à remettre de l’ordre dans les procédures.

Tableau blanc virtuel : Si vous mettez un accro des réseaux sociaux aux commandes de cet outil visuel « branché », cela peut aider les participants à se concentrer sur la réunion. En permettant à chaque participant d’ajouter une idée principale au tableau blanc virtuel à partir de son propre dispositif, vous ne dépendrez pas autant du mauvais scribe pour prendre des notes.

Vote :Le fait de soumettre une idée à un vote anonyme de la part de tous les participants dans la salle peut rapidement couper court aux critiques du négatif ou montrer à l’amateur de paraboles ou au dominateur à quel point son idée est (ou n’est pas) géniale. Le fait de permettre au bavard de soumettre ses idées ou ses questions virtuellement plutôt que verbalement peut aussi l’empêcher de monopoliser la parole.

Présence : La fonction de présence vous permet de voir si l’éternel retardataire est en train de consulter ses courriels, d’envoyer un message instantané ou d’utiliser son téléphone mobile, de bureau ou résidentiel. Dans ces conditions, il pourra plus difficilement recourir à l’un de ces prétextes pour justifier son retard à la réunion.

Partage : En donnant à tous les participants la capacité de voir et partager le même écran, la même vidéo ou tout autre contenu sur leur propre dispositif, vous pouvez échapper à toutes les maladresses du bidouilleur de présentations visuelles. De plus, cela peut fournir à l’accro des réseaux sociaux du contenu assez captivant sur son propre écran pour qu’il participe à la discussion et délaisse Facebook.

Enregistrement :La disponibilité d’un enregistrement de toute la réunion peut faciliter la rédaction de procès-verbaux d’une plus grande précision – ou en éliminer carrément la nécessité. Vous en avez assez que l’éternel retardataire vous demande à chaque fois de récapituler ce qu’il a manqué depuis le début de la réunion? Vous n’aurez qu’à lui indiquer où trouver l’enregistrement.

Ces applications peuvent être utilisées seules, mais aussi avec un grand nombre de solutions de vidéoconférence, de conférence Web, de téléconférence et de CUC (communications unifiées et collaboration).

Au cas où vous vous poseriez toujours la question, j’ai quitté le milieu de la télévision et mes hésitations professionnelles se sont dissipées d’elles-mêmes, mais je suis resté un éternel retardataire, parfois doublé d’un accro des réseaux sociaux.

Image reproduite avec la permission d’emily9, FreeDigitalPhotos.net

Share this article:
Comments are closed.