Croissance rapide de l’intérêt pour les données volumineuses

Devant la prolifération de l’information et l’importance qu’elle revêt dans l’économie actuelle, les entreprises se tournent de plus en plus vers le « big data ».

Share this article:

Capteurs, dispositifs mobiles, réseaux sociaux, appareils intelligents… les sources d’information se multiplient au sein des entreprises. En 2011, Gartner prévoyait une croissance de 800 % du volume de données mondial sur cinq ans. De son côté, IBM estime que 90 % de l’ensemble des données existant à l’échelle planétaire a été créé au cours des deux dernières années.

Les entreprises ont pris conscience du phénomène. Elles connaissent aujourd’hui la valeur stratégique des données, qu’il s’agisse de renseignements sur leurs clients, leurs fournisseurs ou tout autre élément commercial pertinent. Croulant sous le volume galopant de l’information, elles peuvent heureusement avoir recours à des solutions d’analyse de données volumineuses (big data) pour tirer avantage de cet actif précieux.

Témoignant de l’intérêt manifesté par les entreprises, le site communautaire Wikibon rapporte qu’en 2011, les données volumineuses ont permis à l’ensemble des fournisseurs de l’industrie, grands et petits, de générer 5,1 milliards de dollars de revenus en matériel, logiciels et services. D’ici cinq ans, ce chiffre pourrait s’élever à plus de 50 milliards.

Volume et structure 

Tous ne s’entendent pas sur la définition des données volumineuses. D’aucuns estiment que ce sont des données excédant la capacité de traitement des systèmes conventionnels parce que leur volume est trop élevé, qu’elles sont déplacées trop rapidement ou qu’elles ne peuvent être prises en charge par la structure architecturale de la base de données.

En très grande partie, elles comprennent des données non structurées provenant de sources telles que les moteurs de recherche et les réseaux sociaux. Cette information pose un défi nouveau aux entreprises, qui ont l’habitude de traiter les données rigoureusement classifiées dans leurs systèmes de stockage.

Préparation stratégique 

Dès lors, il devient très difficile, voire impossible, d’analyser ces grands volumes de renseignements hétéroclites à l’aide des technologies traditionnelles comme les bases de données relationnelles, indique le Wall Street Journal. Dans ce contexte, les solutions de données volumineuses se révèlent cruciales pour les organisations. Elles stimulent les investissements en analytique d’affaires, technologie perçue comme une plateforme d’innovation essentielle pour améliorer la prise de décision, peut-on lire dans le même article.

Les solutions « big data » permettent d’intégrer un plus grand volume de données, peu importe leur complexité, ce qui donne lieu à une analyse approfondie de l’information, rappelle à cet égard le Data Warehouse Institute. On peut alors créer de puissants modèles sur les tendances d’une industrie, le comportement des clients ou les marchés visés, par exemple. Voilà pourquoi on dit des organisations qui choisissent sans tarder d’exploiter le potentiel des données volumineuses qu’elles se dotent à court ou à moyen terme d’un avantage concurrentiel important.

Selon le cofondateur de l’organisme Big Data Montréal, Félix Giguère Villegas, le Québec n’échappe pas à l’engouement planétaire pour le « big data ». Exception faite de Silicon Valley, où l’expérimentation est beaucoup plus poussée, la progression du concept est apparemment semblable chez nous à ce que l’on observe dans le reste du monde, croit-il.

Share this article:
Comments are closed.