Des leaders mondiaux des TI évaluent le RCI de la virtualisation

« Le premier avantage est que les entreprises gagnent du temps lors de la mise en œuvre. Il n’est plus nécessaire d’attendre de recevoir les serveurs. »

Share this article:

ITWeb a récemment interviewé des leaders mondiaux des TI pour savoir quels bénéfices ils ont tirés de la virtualisation, et dans quels secteurs d’activité cette technologie a permis de faire le plus d’économies. Selon les experts, c’est du côté de la reprise après sinistre, de la consolidation et de la souplesse que les bénéfices sont les plus grands.

« Le premier avantage est que les entreprises gagnent du temps lors de la mise en œuvre. Il n’est plus nécessaire d’attendre de recevoir les serveurs », a affirmé Richard Vester, directeur des services en nuage chez EOH. « Le second avantage est le coût, car la capacité de partager des ressources à l’échelle de l’infrastructure et de l’ensemble des charges de travail permet aussi aux sociétés d’économiser. Enfin, il y a les niveaux de service. Les niveaux de service accroissent les coûts, mais comme le temps de disponibilité est nettement supérieur et la mise en œuvre beaucoup plus extensive avec la virtualisation, cela permet d’économiser de l’argent. »

« Nous avons constaté que la reprise après sinistre a été le secteur où la virtualisation a permis de faire le plus d’économies », a déclaré Pieter van der Merwe, architecte de solutions de disponibilité chez Stratus. « C’est au centre de données que les économies sont les plus importantes, car c’est là que se trouvent les applications d’affaires à valeur élevée et que la reprise après sinistre est primordiale. La virtualisation a rendu la reprise après sinistre beaucoup plus abordable et facile à mettre en œuvre. »

Bien que de nombreux experts aient été en mesure d’évaluer le RCI de la virtualisation, d’autres estiment que ce ne sont pas toutes les entreprises qui peuvent chiffrer correctement les économies qu’elles ont réalisées.

« Il existe une corrélation entre la complexité des équipes de TI et des projets qu’elles mettent en œuvre, d’une part, et les bénéfices qu’elles en retirent, d’autre part », explique Jacques Malherbe, chef de la direction de Westcon. « Comme les PME et les entreprises du marché intermédiaire ont tendance à réutiliser les ressources que la virtualisation leur a permis d’économiser, ces économies ne sont pas directement calculées dans le RCI. »

Si vous désirez en savoir plus, cliquez ici pour lire l’article en entier.

Image fournie par dougbelshaw

Share this article:
Comments are closed.