En progression rapide, l’infonuagique poursuit sa maturation

Les entreprises l’ont massivement adopté et, malgré les lacunes de sa jeunesse, le nuage s’intègre peu à peu à nos vies.

Share this article:

Bien que la fourniture de services informatiques par l’entremise d’un réseau remonte aux années 60, le principe de l’infonuagique tel qu’on le connaît aujourd’hui n’existe que depuis 2006 – année où Amazon a lancé son service EC2. En ce sens, l’infonuagique est un modèle d’affaires émergent, comme Internet l’était dans la deuxième moitié des années 90.

À l’instar du Web à ses débuts, le nuage connaît une progression très rapide, son taux de croissance annuel composé s’élevant à plus de 40 %. La presque totalité des entreprises (94 %) consultées dans le cadre de l’étude State of the Cloud Survey 2014, menée par la firme RightScale, utilise une forme quelconque d’infonuagique. La vague touche aussi les PME, une majorité d’entre elles ayant recours au nuage.

Comme pour Internet aujourd’hui, nous ne parlerons sans doute plus de l’infonuagique en tant que tel dans deux ou trois ans, mais plutôt des possibilités qui en découlent. D’autant plus que ces dernières croissent en nombre au fur et à mesure que prolifère le nuage. À titre d’exemple :

  • les responsables des TI intègrent de plus en plus de services infonuagiques aux programmes BYOD afin d’étendre l’utilisation des dispositifs personnels par les employés;
  • l’analyse des données volumineuses (big data) peut aujourd’hui se faire en mode infonuagique;
  • des applications graphiques de haut de gamme et des logiciels de gestion des identités sont offerts dans le nuage.

Autre tendance en progression, le libre-service permet aux utilisateurs de s’approvisionner eux-mêmes en ressources infonuagiques, ce qui allège la tâche des services de TI et procure une plus grande agilité organisationnelle. Cette façon de faire facilite aussi la vente et la consommation des services infonuagiques, tout comme le regroupement de multiples services par les fournisseurs, phénomène en hausse depuis l’année dernière.

Maturité non atteinte

Dans ce contexte, l’infonuagique doit aussi composer avec l’adversité auquel tout nouveau modèle d’affaires est confronté. Dans le magazine eWeek, un analyste technologique fait observer la difficulté que l’on éprouve parfois à évaluer précisément les coûts liés aux projets infonuagiques.

Autre écueil sur la route infonuagique, certaines entreprises continuent à attacher de l’importance au pays dans lequel sont stockées leurs données. Bien que l’étude de RightScale indique une diminution des appréhensions en matière de sécurité, la conformité demeure une préoccupation sensible. Pour eWeek, l’affaire Snowden a attisé les inquiétudes relatives à la location géographique des données.

eWeek déplore aussi que l’exploitation simultanée des modes public et privé – le modèle hybride – ne débouche pas encore sur une infrastructure transparente. Selon RightScale, 87 % des organisations utilisent le nuage public, alors que 74 % d’entre elles ont adopté une stratégie hybride. Pour le moment, du moins, il semble que cette formule se limite à la juxtaposition de deux environnements.

À bien des égards, le modèle infonuagique doit encore mûrir. Malgré sa pénétration forte et rapide dans pratiquement tous les secteurs d’activités, il est encore jeune et son développement se poursuit. Comme Internet avant lui, le nuage est en voie de s’imposer en tant que modèle d’affaires essentiel.

 

Share this article:
Comments are closed.