La lecture vidéo sur mobile au ralenti? La virtualisation de réseau pourrait être la solution!

Les réseaux d’entreprises devront absorber une augmentation du trafic attribuable à la lecture vidéo sur mobile. La virtualisation de réseau et le traitement à l’extrémité du réseau mobile (mobile edge computing ou MEC) les aideront en ce sens – et pourront même améliorer l’expérience client, d’après un cabinet de recherche du Royaume-Uni.

Share this article:

Beaucoup de choses passeront sous les yeux des administrateurs de réseau cette année.

Par exemple, la vidéo : nous en regardons tous une multitude, surtout depuis des appareils mobiles. D’après les récentes projections de Cisco, « la vidéo mobile présentera le plus haut taux de croissance dans l’ensemble des applications mobiles » au cours des quatre prochaines années. Cisco prévoit en outre que, d’ici 2020, plus de 75 % du trafic de données mondial sur appareil mobile sera attribuable à la vidéo.

Et comment les réseaux d’entreprises pourront-ils soutenir cette montée du trafic vidéo sur mobile?

Grâce à la virtualisation de réseau et au traitement à l’extrémité du réseau mobile (MEC), selon la liste des dix grandes prédictions pour 2016 d’Analysys Mason, un cabinet de recherche du Royaume-Uni :

« La technologie de virtualisation de réseau permettra la diffusion d’éléments de contenu bien plus près des extrémités du réseau mobile, de façon à améliorer l’expérience du client, même en période de croissance du trafic vidéo », explique le cabinet.

Pour approfondir sur le fonctionnement de la chose (et ses avantages pour les entreprises canadiennes), je me suis plongée dans un rapport produit conjointement par Dana Cooperson, directrice de recherche en logiciels réseau d’Analysys Mason. Ensuite, elle a gentiment répondu à mes questions depuis son bureau de Boston.

Qu’est-ce que le traitement à l’extrémité du réseau mobile (MEC)?

Ce terme désigne un type d’architecture de TI qui rapproche les capacités de traitement nuagique et informatique de l’extrémité des réseaux cellulaires, donc plus près des clients mobiles.

En quoi le traitement MEC peut-il profiter aux réseaux d’entreprise dans la transmission vidéo?

En rapprochant le traitement informatique de l’utilisateur mobile, le MEC permet de réduire la congestion du réseau, d’accélérer les transmissions et d’améliorer la qualité du contenu transmis (y compris la vidéo).

« La demande relative à la vidéo stimule l’adoption du traitement MEC », précise Mme Cooperson. Ce type de traitement devrait donner une vidéo mobile « de plus grande qualité, car il rapprochera le contenu des clients. »

Et en quoi la virtualisation de réseau entre-t-elle en jeu?

En gros, la virtualisation de réseau permet aux administrateurs d’ajouter de nouvelles applications, capacités (comme le traitement MEC), en plus de conférer une plus grande souplesse et évolutivité au réseau, sans avoir à reconfigurer complètement l’infrastructure en place ou des machines virtuelles. Elle assure également une automatisation du réseau, et le divise en segments stratégiques pour offrir un fonctionnement plus efficient.

Comment les entreprises peuvent-elles mettre en place la virtualisation de réseau?

Les trois grands modes de virtualisation de réseau sont l’informatique en nuage, la virtualisation des fonctions réseau (network function virtualization ou NFV) et le réseau programmable (software-defined networks ou SDN), précise Mme Cooperson.

Nous ne nous attarderons pas à l’informatique en nuage, un concept assez bien connu. La NFV approfondit la virtualisation du réseau en donnant aux administrateurs un moyen plus simple d’ajouter des mécanismes, par exemple de détection des intrusions, d’équilibrage de la charge ou de pare-feu, à des portions très ciblées du réseau, selon les besoins.

Le SDN est une façon de réaliser la modification, la fourniture et la gestion d’un réseau au moyen des commutateurs logiciels programmables. Le SDN est un peu plus poussé que la NFV, parce qu’il demande aux administrateurs de dissocier le volet contrôle du volet données du réseau.

Comment la virtualisation de réseau et le traitement MEC peuvent-ils fonctionner ensemble?

En termes simples, la virtualisation de réseau contribue à l’adoption du traitement MEC en limitant la nécessité d’acheter et d’installer du nouveau matériel, ce qui permet la mise en œuvre de ce dernier d’une façon plus simple, rapide et économique.

« Nombre d’applications MEC n’étaient pas réalistes sur le plan économique, parce qu’elles supposaient la mise en place d’un dispositif particulier ou d’autre équipement dans les locaux du client, puis le travail sur les lieux d’une équipe d’installation pour la configuration ou la reconfiguration », explique Dana Cooperson.

« La virtualisation ouvre l’extrémité (mobile) à de nouvelles applications sans installation de nouveau matériel, et permet à des tiers de fournir des applications. »

Quelles sont les difficultés de la mise en œuvre du traitement MEC et de la NV? À l’heure actuelle, il n’existe aucune norme technique visant le traitement MEC, mais des gens de l’industrie travaillent à en élaborer. De plus, « les entreprises peuvent mettre en place la virtualisation réseau d’elles-mêmes, mais recourront très probablement à un fournisseur de services de communications pour la mise en œuvre et la gestion de l’équipement », dit Mme Cooperson.

Par ailleurs, beaucoup de fournisseurs de services de communications conservent un modèle hybride, c’est-à-dire des réseaux physiques classiques agencés à des réseaux virtualisés modernes. « Il faut toutefois s’interroger sur la façon évolutive de gérer un réseau hybride », soutient-elle.

En fin de compte, la recherche de vitesse – pour la transmission de vidéo de meilleure qualité aux dispositifs mobiles des clients – pousse les organisations à adopter le traitement à l’extrémité du réseau (MEC). Et la virtualisation pourrait les aider à y parvenir d’une façon plus rapide et économique.

Image : Free Digital Photos

Share this article:
Comments are closed.