La voix veut être libre

Il y a toujours eu une tension entre la puissance des canaux qui transmettent l’information et le coût qui leur est associé. Toutefois, qu’en serait-il si la technologie permettait à cette tension de disparaître?

Share this article:

Je ne me souviens pas du télécommunicateur, mais il y avait une publicité télévisée quand j’étais jeune qui montrait une famille qui jouait à la patate chaude avec son téléphone, se passant l’appareil après avoir dit quelques mots à un parent éloigné. Cela servait à démontrer le coût élevé de l’interurbain à ce moment-là, et comment les nouvelles technologies allaient faire baisser les prix. Une telle mentalité n’existe probablement plus de nos jours.

Il y a ensuite eu les entreprises — et j’ai travaillé pour l’une d’elles — qui surveillaient chacun des appels des employés et, si l’appel semblait le moindrement personnel, on indiquait les frais d’interurbain à l’employé et on lui demandait de les justifier ou de les payer. Dans un monde de plus en plus mobile, où les téléphones intelligents remplacent bon nombre de téléphones de bureau, j’imagine que cette pratique a disparu. Plus personne ne redoute les frais téléphoniques sur une base d’appel par appel, et la plupart des entreprises voudraient probablement en oublier la gestion en tant qu’élément principal de leur budget de TI. Pour paraphraser Stewart Brand, la voix veut être libre.

Âgé de 74 ans, Stewart Brand est auteur et fondateur du Whole Earth Catalog; il a été orateur lors d’une conférence sur les pirates informatiques tenue en 1960, au cours de laquelle il a indiqué au cofondateur de la maison Apple, Steve Wozniak, que la technologie pourrait être libératrice au lieu d’être oppressante. On le dit à l’origine de l’expression « l’information veut être libre », un slogan contre-culture utilisé par toutes sortes d’activistes pour s’opposer à des choses comme la gestion des droits numériquesle contenu payant en ligne et la censure.

Quand j’ai vu « la voix veut être libre » cependant, j’ai suggéré qu’il était important de lire la totalité de ce que Stewart Brand a dit ce jour-là, c’est-à-dire ce qui suit :

D’une part, l’information veut être coûteuse, parce qu’elle est si précieuse. La bonne information à la bonne place peut tout simplement changer votre vie. D’autre part, l’information veut être libre (de frais), parce que le coût de sa diffusion est de plus en plus bas. Vous avez donc deux écoles qui s’affrontent.

La voix avait aussi l’habitude d’être chère, parce que, comme tous les canaux qui transmettent l’information, elle a toujours été considérée comme précieuse. Et, tout comme pour l’information, elle peut changer la vie d’une personne ou d’une organisation, que ce soit un client qui dit « oui », un chef de direction qui dit « non » ou un membre de l’équipe qui réalise ou lance un important projet qui fait part de ses commentaires.

Comme plusieurs autres modes de transmission de l’information, le coût de la voix baisse en grande partie à cause des technologies évoluées, comme les lignes groupées SIP, grâce auxquelles les clients peuvent profiter d’appels interurbains sans frais partout au Canada. D’un autre côté, la communication de la voix devient de plus en plus précieuse au fur et à mesure que les travailleurs du savoir doivent communiquer et collaborer entre eux à toute heure, en tout lieu et avec toutes sortes d’appareils.

Contrairement aux autres canaux d’information dans un monde en ligne et hors ligne, la tension dont parle Stewart Brand peut légèrement disparaître lorsqu’on parle de la voix, du moins dans le secteur des affaires, où les lignes groupées SIP rendent la chose beaucoup plus faisable et abordable. Cette réalité peut s’avérer l’une des notions les plus contre-culture qui soient.

 

Apprenez en plus en téléchargeant la version 2013 augmentée du livre électronique sur les lignes groupées SIP d’Allstream.

Share this article:
Comments are closed.