L’ordinateur personnel : mort ou vif?

Malgré les prophéties le disant à l’article de la mort, le PC ne semble pas vouloir s’éteindre.

Share this article:

L’ordinateur personnel n’en finit plus de mourir. Aujourd’hui encore, il est généralement admis que nous sommes à l’ère post-PC, marquée par le règne de la tablette et du téléphone intelligent. Et pourtant.

Maintes fois annoncée depuis deux décennies, la disparition de l’ordinateur personnel se fait toujours attendre.  Bien sûr, le marché du PC n’a plus la vigueur d’antan. Selon IDC, les ventes ont diminué de 13,9 % au premier trimestre de 2013, ce qui constitue le déclin le plus abrupt depuis que la firme compile ce genre de statistiques.

Autre tendance, les ventes de dispositifs Android à l’échelle mondiale ont surpassé celles des appareils Windows en 2012 (497 000 et 346 500 millions d’unités respectivement). Selon les prévisions, l’écart se creusera au cours de prochaines années, ces chiffres passant à 1,46 million et à 570 900 en 2017.

IDC entrevoit des cycles plus longs de remplacement des PC. En outre, les utilisateurs qui choisissent un appareil pour accompagner leur téléphone intelligent optent de plus en plus pour une tablette, surtout dans les pays émergents. Déjà, on estime que la tablette permet de réaliser 80 % des tâches de l’utilisateur moyen.

Marché en évolution 

Ne serait-ce que pour les 20 % restants, toutefois, beaucoup de gens ont encore besoin d’un PC. Bien qu’en décroissance, ce dernier paraît bien vivant. D’après le site BetaNews, l’ère post-PC est une vue de l’esprit. Plutôt, l’époque actuelle serait celle du contexte infonuagique : en fonction du moment, de l’endroit et de la tâche, l’utilisateur se sert d’un téléphone intelligent, d’une tablette ou d’un PC. Celui-ci devient alors un dispositif contextuel au lieu du pivot à partir duquel se font les connexions.

Tout comme l’ordinateur central n’a pas disparu à la suite de l’avènement du PC, le marché de ce dernier ne va pas s’effondrer devant le téléphone intelligent et la tablette, professe Beta News. Certes, les blocs-notes vendus à moins de 500 $ n’ont plus la cote. Encombrants et dépourvus de fonctions tactiles, ils intègrent des processeurs et des disques désuets, ainsi que des batteries de courte durée. On s’entend couramment pour dire que leurs jours sont comptés.

Bonne nouvelle pour les spécialistes du PC, cependant, la demande relative aux ordinateurs haut de gamme (valant de 1000 $ à 1 500 $) est en hausse. D’autre part, les fabricants misent sur les appareils ultramobiles, qui sont des PC tactiles à très bas prix permettant d’accomplir les tâches que l’on ne peut encore faire à l’aide d’une tablette. Si le PC demeure utile, comment peut-il y avoir une ère post-PC? demande BetaNews à juste titre.

Il existerait même une formidable occasion de renaissance de l’ordinateur personnel. Selon le site Mobile Opportunity, il est possible dès aujourd’hui de créer un « ordinateur sensoriel » exploitant le geste, la vision, la parole et les technologies 3D. Diverses entreprises ont les moyens de le concevoir, dont Google, HP et Microsoft, mais cela ne se produira peut-être jamais, car les paradigmes sont difficiles à changer dans l’industrie des TI, juge Mobile Opportunity.

Le livre électronique existerait-il si Amazon n’avait pas créé Kindle? demande-t-on sur ce site. Assisterions-nous à l’explosion du marché des tablettes si Apple n’avait pas conçu l’iPad?  Il y a là matière à réflexion.

Pour l’heure et malgré les embûches, l’ordinateur personnel poursuit le parcours qu’il a entamé il y a plus de trente ans.

Ressources 

Pour mieux tirer avantage des tendances en matière technologique, consultez notre Centre de ressources. (en anglais) 

Share this article:
Comments are closed.