Ludification : le jeu en vaut la chandelle

La ludification gagne peu à peu la faveur des entreprises, y compris au Québec.

Share this article:

Succinctement définie, la ludification (gamification) est l’utilisation de mécanismes propres au jeu dans des situations réelles. Ces dernières années, le concept suscite un intérêt grandissant dans le monde des affaires, où il est considéré comme un moyen efficace de motiver les gens.

Notons d’abord que « ludification » et « jeu sérieux » (serious game) ne sont pas synonymes. La ludification consiste à intégrer des éléments empruntés au jeu dans un contexte autre que le jeu, alors que dans le deuxième cas, il s’agit d’un véritable jeu, mais dont les objectifs vont au-delà du simple divertissement.

En vue d’améliorer la productivité, les ventes, l’engagement, le rendement, etc., la ludification s’applique principalement aux sites Web, aux portails et aux diverses applications mises à la disposition des employés, clients ou partenaires des entreprises, ainsi qu’aux adeptes des réseaux sociaux. La première technique de ludification qui vient à l’esprit est sans doute l’attribution de points ou de récompenses lorsque certains objectifs, tâches ou étapes sont réalisés dans le cadre du travail. Pourtant, les possibilités sont beaucoup plus vastes.

Au-delà de la motivation, la ludification permet d’analyser le comportement des gens de façon à mieux l’influencer. Selon un spécialiste de Deloitte il s’agit là de la plus grande utilité du concept. Employée efficacement, la ludification peut conférer un avantage concurrentiel et aider à assimiler les changements culturels et tout autre type de transformation organisationnelle. Gartner estime qu’en 2015, 40 % des mille plus grandes entreprises à l’échelle mondiale utiliseront la ludification en tant que premier moyen de transformation des opérations commerciales.

Sur le terrain 

Pour Marc-André Lanciault, président-directeur général de la société INBOX International, la ludification ajoute du plaisir et un élément insolite au travail. Firme montréalaise spécialisée en stratégies Web et en conception de portails et de boutiques en ligne, INBOX intègre à ces créations des éléments ludiques qui non seulement égayent le travail des utilisateurs, mais favorisent la reconnaissance de leurs compétences par leur employeur et leurs pairs.

Le jeu contribue au succès des campagnes de motivation, d’engagement et de reconnaissance des employés qui sont mises sur pied par INBOX. « Notre but est de créer une culture de bonheur et de succès chez nos clients », explique M. Lanciault. La reconnaissance des employés est le moyen ultime d’INBOX pour y arriver, et la ludification est l’une des stratégies utilisées à cette fin. « Donner une récompense à un employé a beaucoup plus d’impact lorsqu’elle est camouflée dans un élément de plaisir », explique-t-il. Pour lui, la ludification procure ce plaisir.

Phénomène récent, apparu dans les années 2000, la ludification se répand tranquillement dans les entreprises. « La nouveauté effraie toujours un peu », rappelle Marc-André Lanciault. N’empêche, des organisations d’envergure comme Hydro-Québec et Imperial Tobacco ont choisi de mettre en pratique des modèles ludiques. Pour l’heure, ce sont les grandes entreprises qui s’y intéressent, mais l’essor auquel le concept est promis pourrait élargir le marché.

 

Les communications unifiées agissent elles aussi sur la productivité, l’efficacité, la motivation et la satisfaction des employés. Consultez notre livre électronique sur la collaboration en entreprise.

Share this article:
Comments are closed.