Magog, ville intelligente

La petite municipalité de l’Estrie se distingue par ses initiatives en cette matière.

Share this article:

Dans la première décennie du 21e siècle, Magog connaît une période économique difficile. En 2009, année où la mairesse actuelle, Vicky May Hamm, entre en poste, la municipalité vient de perdre 4 000 emplois en l’espace de cinq ans. Souhaitant renverser la vapeur, les élus municipaux se tournent vers les technologies de l’information, comme beaucoup d’autres villes.

« L’idée était d’exploiter ce créneau sans pour autant entrer en concurrence avec nos voisins, notamment Sherbrooke et Bromont », confie la mairesse et présidente du comité de travail de la ville intelligente à l’Union des municipalités du Québec.

Les réflexions à ce sujet débouchent rapidement sur la nécessité de privilégier la transparence dans l’administration de la ville, la participation citoyenne, l’environnement et le développement durable. La poursuite de ces objectifs s’inscrivait très bien dans le concept de ville intelligente.

Formule originale

Dans cette optique, la ville a choisi de devenir un véritable « laboratoire urbain » en mettant ses ressources à la disposition des entreprises susceptibles de l’aider. En s’installant à Magog, ces entreprises ont la possibilité de réaliser des études sur le terrain et de bénéficier des différentes expertises de la ville – Chambre de commerce, Conseil municipal, Hydro-Magog (société d’énergie électrique appartenant à la municipalité), comités du CLD, etc. Elles peuvent ainsi développer des produits appuyant les initiatives de ville intelligente et les tester au sein de la communauté magogoise avant de les commercialiser dans d’autres marchés.

« Elles tirent avantage également d’une belle qualité de vie, dans un environnement agréable, où il n’y a pas de stress et qui est loin de la concurrence des grands fournisseurs de TI », ajoute Vicky May Hamm.

Cette formule a permis à la ville de créer des emplois et de travailler à des projets d’éclairage intelligent, de déneigement, de données ouvertes, de sondages auprès des citoyens et de vox pop. Elle a aussi développé des applications touristiques qui touchent l’hébergement, les événements, les activités, l’architecture, le patrimoine et les achats. Le dynamisme de Magog en matière de ville intelligente lui confère une certaine notoriété, qui lui vaut d’être invitée à participer à de nombreux événements sur le sujet, aux côtés de Montréal et de Québec.

Conserver son identité

Comptant 27 000 habitants, Magog est une ville à l’échelle humaine, qui n’est pas aussi complexe à administrer qu’une grande agglomération, souligne la mairesse. « Grâce à leur accessibilité et à leur facilité de gestion, les petites municipalités détiennent un avantage, croit-elle. Surtout lorsqu’il s’agit d’une ville-centre où se concentre un certain volume de services. »

Bien sûr, la limite des ressources financières est plus vite atteinte dans une petite ville, mais pour Vicky May Hamm, les projets de ville intelligente sont à la portée de tout le monde. « Pas besoin d’avoir un grand service des TI. La clé du succès est de former des partenariats avec l’entreprise privée. Les firmes technologiques sont très créatives et peuvent grandement aider », plaide-t-elle.

Elle rappelle aussi que le développement d’une application ne fait pas une ville intelligente. Il s’agit plutôt d’utiliser les technologies dans toutes les sphères de l’activité économique. En cela, il importe pour une municipalité de ne pas se dénaturer. « Il faut répondre à ses propres besoins et conserver son ADN. Si la ville voisine dispose d’une nouvelle application, ça ne veut pas dire que vous en avez besoin. » En ce sens, Vicky May Hamm suggère de travailler en fonction de la planification stratégique et du plan d’action qui a été établi.

« Regardez ce que vous avez dans vos cartons, quels sont les projets ou les problématiques dont vous avez discuté, conseille-t-elle. À partir de là, voyez ce qui existe déjà et collaborez avec des firmes spécialisées, de manière à ne pas réinventer la roue. »

Magog fait la démonstration que, pour être intelligente, une ville n’a pas à être grande.

Pour mieux réaliser vos objectifs d’affaires, optez pour les services de connectivité et de sécurité d’Allstream, qui répondent aux besoins des entreprises en matière de réseautique. 

 

Share this article:
Comments are closed.