Passage à IPv6 : Une planification s’impose

Des mesures concrètes doivent être mises en œuvre par les entreprises dans leur préparation à l’arrivée d’IPv6.

Share this article:

L’épuisement imminent des adresses de la version IPv4 du protocole Internet entraîne le passage à la nouvelle version IPv6. Selon le magazine ZDNet, les organismes d’enregistrement Internet locaux (RIR) ont déjà épuisé leur stock d’adresses en Asie et en Europe, ce qui surviendra également en Amérique du Nord en juin 2013 (en 2014 selon d’autres estimations).

Risques encourus par les entreprises 

Le déploiement d’IPv6 crée des problèmes de compatibilité. En effet, même si la communication IPv4-IPv6 est possible, la transmission en sens inverse (IPv6-IPv4) ne l’est pas. Cela complique la tâche des entreprises, particulièrement dans le contexte actuel, caractérisé par la croissance de la mobilité. Non seulement les employés utilisent-ils leurs appareils personnels dans le cadre de leur travail (BYOD), mais partenaires et clients sont de plus en plus nombreux à accéder aux serveurs des organisations à partir de dispositifs mobiles.

Or, depuis un certain temps déjà, les utilisateurs mobiles risquent de ne pouvoir compter sur rien d’autre qu’une adresse IPv6 pour communiquer avec une entreprise. Prenons un exemple : lors d’un déplacement en Asie, un professionnel nord-américain souhaite se relier au serveur de son organisation, qui n’utilise que des adresses IPv4. Il se rend dans un café Internet dont le fournisseur de services d’accès n’a, quant à lui, que des adresses IPv6. Si ce fournisseur ne dispose pas d’un dispositif intermédiaire, sorte d’intergiciel faisant la conversion IPv6-IPv4, la communication ne pourra être établie.

Mesures à prendre 

« Il est nécessaire de commencer dès maintenant à planifier la transition », souligne Laurette Bossé, directrice de produit principale, Services Internet chez Allstream. Elle suggère aux entreprises de procéder à l’inventaire de leurs communications IP – courriel, services Web, portails, etc. L’exercice doit être basé sur les dispositifs de l’entreprise ayant des adresses IP. Plus il y a d’adresses, plus la planification devient importante, précise-t-elle. Et elle le sera d’autant plus si l’organisation, grande ou petite, a une portée mondiale.

Les entreprises auront aussi à déterminer les éléments suivants :

  • Leur fournisseur d’accès est-il en mesure de fournir des adresses IPv6?
  • Leurs systèmes d’exploitation et leurs dispositifs de sécurité sont-ils compatibles avec la nouvelle version?
  • Quel est le statut IPv6 du serveur de noms de domaine (DNS) utilisé?
  • De combien de temps et de ressources a-t-on besoin pour faire la transition?
  • Quel investissement doit-on réaliser?

De nombreuses organisations sous-estiment le temps et les ressources requises pour passer à IPv6. En fait, le plan de transition doit s’échelonner sur plusieurs phases, suggère Laurette Bossé.

« Planifiez sans tarder le succès de votre transition pendant qu’il est temps de le faire, dit-elle.  Ne laissez pas le contrôle de vos affaires aux dispositifs intermédiaires. Il s’agit de solutions temporaires destinées à faciliter la transition. Éventuellement, ces dispositifs deviendront congestionnés, et il est permis de s’interroger sur leur niveau de sécurité. Créez vous-même l’expérience à offrir à vos utilisateurs. Il s’agit de votre réseau. »

 

Consultez notre document technique sur la préparation à la transition IPv6. 

Consultez notre infographie sur le passage à IPv6 (en anglais).

Share this article:
Comments are closed.