Pourquoi le WiGig mérite qu’on patiente

Un futur protocole de réseautage pourrait se traduire par une hausse considérable du débit, même s’il faut patienter avant qu’il soit commercialisé. Il est temps de commencer à en tenir compte dans votre stratégie de services sans fil de nouvelle génération.

Share this article:

Pour une technologie de réseautage sans fil ultrarapide, on peut dire que le WiGig n’est pas vraiment pressé de faire son apparition.

Ce protocole prend en charge un taux de transfert de données allant jusqu’à 7 Gbit/s, soit un débit dix fois plus rapide que celui des réseaux 802.11n. Il était censé être lancé au début de l’année 2013. Mais, en janvier, le président de WiGig Alliance, Ali Sadri, a annoncé à Mobile World Live que la récente fusion de son groupe avec WiFi Alliance avait retardé la certification du protocole. « D’après notre plan actuel, nous devrions obtenir la certification ultérieurement dans le courant de l’année… peut-être même au début de l’année 2014. », avoua M. Sadri. Le retard est dû à des problèmes de logistique d’intégration dans la fusion.

Les experts affirment néanmoins que la vitesse d’escargot n’est en aucun cas le signe que le WiGig est en difficulté. En fait, la lenteur du processus pourrait jouer en faveur des entreprises, qui bénéficieront de plus de temps pour réfléchir à la façon de tirer le meilleur parti de ce nouveau format de texte.

Les experts en technologie et les analystes du marché ne semblent pas perturbés par le statu quo du processus de certification. Phillip Solis, directeur de la recherche chez ABI Research, souligne que les fabricants d’équipement lancent généralement leurs produits en se fondant sur des normes technologiques provisoires bien avant que les organismes de certification ne finalisent ces normes. Puis ils distribuent des mises à jour micrologicielles une fois que les normes ont été approuvées afin que les produits distribués avant la certification soient conformes à la version finalisée des normes.

« Je ne pense pas que le retard dans l’obtention de la certification retarde tellement la mise en marché », confie M. Solis.

Quels seront alors les avantages du protocole WiGig quand il fera son apparition? Cette technologie rendra possible l’utilisation d’un nouveau type de station d’accueil, explique Kevin C. Tofel de chez GigaOM. « Attendez-vous à découvrir… des moyens plus aisés de transmettre le contenu d’un appareil mobile vers un grand écran et d’autres cas d’utilisation semblables où le WiGig pourra remplacer les câbles de transfert de données que nous utilisons actuellement. »

Le WiGig est une technologie à courte portée, fait remarquer M. Solis de chez ABI. « La distance fait une énorme différence en matière de vitesse. » Ce protocole fonctionne à une distance maximale de 10 mètres (30 pieds) – plus la distance est courte, plus la transmission est rapide.

L’interférence provenant des autres appareils sans fil n’est donc pas une grande préoccupation. Le WiGig opère sur la bande de fréquence des 60 GHz – bien au-delà des bandes de fréquence classiques de 5 GHz et 2,4 GHz respectivement utilisées par les réseaux 802.11a et 802.11b et g.

« Le signal ne sera pas propagé très loin en raison de la transmission à faible puissance, mais cet aspect est considéré comme un avantage », explique la société de mesure Agilent dans un document de présentation technique sur le WiGig. « Cette technologie réduit la probabilité d’interférence entre les canaux et augmente les chances de réutilisation de la fréquence. La portée limitée présente un autre avantage : celui de réduire les risques de vol en matière de contenu protégé commis au moyen d’écoute électronique durant la transmission de données à proximité. (En fait, la bande de 60 GHz a d’abord été proposée pour les communications militaires pour cette simple raison.) »

Moins de câbles signifient la simplification des services de TI. Les techniciens n’auront plus besoin de faire disparaître tous ces câbles qui assurent la connexion des périphériques. Pour l’utilisateur, le réseautage sans fil à haute vitesse ouvre la voie vers l’adoption d’un bureau sans ordinateur. Imaginez que les utilisateurs puissent compter sur leur téléphone intelligent comme sur un ordinateur principal, en se connectant à leur poste de travail et en transférant des données à partir d’appareils de poche vers des écrans à haute définition.

Le WiGig a le pouvoir d’aider les entreprises, notamment dans cette ère post-PC, où l’on prévoit que la fourniture de tablettes dépassera pour la première fois celle des ordinateurs portatifs. Les décideurs du secteur des TI feraient bien d’examiner les possibilités du WiGig s’ils veulent que leurs entreprises soient prêtes à utiliser cette technologie quand elle fera son apparition sur le marché.

Share this article:
Comments are closed.