Raymond Lahoud d’Allstream : l’approche de l’innovation des dirigeants en TI

Après son récent passage à l’Argyle Executive Forum de Toronto plus tôt ce mois-ci, le vice-président, Services de réseau et de TI de l’entreprise aborde la création et l’échange de valeur avec les clients.

Share this article:

De nos jours, quand on dirige une équipe de TI, c’est l’innovation et non la technologie qui prime. En plus de veiller au déroulement courant des affaires et de limiter des coûts, vous avez très sûrement à piloter des innovations dans le service de TI et partout dans l’entreprise.

Et ce n’est pas si simple!

Pour Raymond Lahoud, vice-président, Services de réseau et de TI d’Allstream, l’innovation prend une nouvelle et très nécessaire importance stratégique, dans un contexte où l’entreprise balance entre les activités en amont (production et produits) et celles en aval (visant les clients).

M. Lahoud, qui a fait partie d’un panel de discussion à l’occasion de l’Argyle Executive Forum à Toronto plus tôt ce mois-ci, a expliqué comment l’innovation peut transformer la façon dont les entreprises créent et échangent de la valeur avec les clients.

Alors, de quelle façon favorise-t-il l’innovation chez Allstream?

L’entreprise souhaitait tracer une nouvelle voie en changeant la donne dans le marché et a vu l’occasion d’adopter une approche axée sur le service et la clientèle. « Il n’est pas si simple d’innover dans notre secteur d’activité. Pour faire des découvertes et des créations qui changent la donne, il faut être dévoué, loyal ainsi que travailler en partenariat, » mentionne M. Lahoud, « Et il faut surmonter les craintes à l’égard du risque des leaders à tous les niveaux. »

Raymond Lahoud préconise l’approche d’innovation suivante : stimuler la curiosité, remettre en doute l’ordre établi, donner de la liberté, susciter la discipline et accepter de prendre des risques.

Cela dit, il n’y a pas de formule magique : « Beaucoup recherchent LA formule de l’innovation », dit-il. « Par expérience, je leur réponds que l’innovation naît d’un travail soutenu et non d’une initiative ponctuelle. »

Un sondage mondial auprès de chefs de direction mené par PricewaterhouseCoopers révèle que 80 % des chefs de direction sont d’avis que l’innovation alimente l’efficience et amène un avantage concurrentiel. Près de 70 % des personnes interrogées ont en outre indiqué investir dans les TI pour réduire les coûts et améliorer l’efficience, alors que 54 % consacrent aussi des fonds à des initiatives de croissance reposant sur des technologies nouvelles et émergentes.

Évidemment, l’innovation peut conférer un avantage concurrentiel, mais elle exige un travail acharné. « Quand on analyse les efforts incroyables déployés pour devenir efficient et productif ainsi qu’améliorer ses résultats nets, les obstacles à l’innovation deviennent évidents », ajoute M. Lahoud. « Et l’ironie dans tout ça, c’est que les TI elles-mêmes peuvent faire partie des obstacles en raison de leur complexité, car il est plus facile d’ajouter des technologies à l’infrastructure que de consolider et de simplifier les choses. »

Son équipe s’est penchée sérieusement sur les actifs de TI de l’entreprise pour établir ce qui pourrait être consolidé et éliminé. « L’exercice n’a rien de facile et nous a permis de faire des choix très difficiles, qui débouchent cependant sur une nouvelle stratégie de simplification. Cette stratégie visera à réduire le nombre de systèmes et s’appuiera sur une automatisation plus intelligente, ce qui portera nos gens à devenir des preneurs de décision. »

Il faut toutefois être prêt à composer avec des priorités concurrentes et accepter de laisser les employés libres d’innover, sans pour autant perdre la maîtrise de ses activités.

« Nos expériences nous ont permis de penser de nouvelles façons de promouvoir l’innovation, par exemple des ateliers de créativité — où les leaders et employés se parlent d’égal à égal — et la résolution de problèmes collective », relate M. Lahoud.

Rapidement, son équipe a découvert que les défis à surmonter au départ sont devenus des occasions de travailler plus étroitement. « Tout à coup, nous nous retrouvons dans une culture dynamique, créative et collaborative », se réjouit M. Lahoud. « Nous ne travaillons plus en vase clos et nous misons sur une équipe unifiée et unie qui incarne notre vision. »

Share this article:
Comments are closed.