Vos employés utilisent-ils les réseaux Wi-Fi en toute sécurité?

Personne ne remettra en question les avantages du travail mobile. Par contre, la sécurité protégeant les accès Internet gratuits demeure largement déficiente.

Share this article:

Les réseaux Wi-Fi font aujourd’hui partie du quotidien des travailleurs mobiles. Partout dans le monde, les zones d’accès sans fil se multiplient, et le Québec ne fait pas exception. À Montréal comme dans toute grande ville, on n’est jamais très loin d’un café, d’un restaurant ou d’un centre commercial offrant un accès gratuit à Internet.

Si la possibilité de se connecter à la Toile en tout lieu et à tout moment stimule la productivité des travailleurs, elle crée aussi des menaces à la sécurité des données. Selon une étude menée en 2013 au Royaume-Uni, 36 % des zones Wi-Fi de Londres ne sont aucunement sécurisées. Qui plus est, le tiers seulement des utilisateurs vérifie la sécurité de ces réseaux avant de s’y brancher.

La situation n’est guère plus enviable en Amérique du Nord. Un sondage récent mené aux États-Unis par la firme GFI Software auprès de 1 000 employés de bureau révèle que 20 % d’entre eux n’ont activé aucune fonction de sécurité sur leur dispositif mobile. Par ailleurs, seulement 24 % des répondants ont à observer une politique de sécurité mobile établie par leur employeur. Autre statistique alarmante, la proportion des dispositifs mobiles dotés d’un antivirus n’est que de 33 %, comparativement à 91 % des blocs-notes. Tablettes et téléphones intelligents sont nettement plus vulnérables, et les pirates informatiques en sont bien conscients.

Dans un contexte où la déficience des mesures de sécurité saute aux yeux, 60 % des travailleurs mobiles utilisent sans discernement toute source gratuite d’accès à Internet. L’un des principaux dangers à cet égard est que l’utilisateur, en branchant son appareil à un réseau créé par des malfaiteurs, donne à ces derniers un accès facile à ses données. La prudence est de mise, car souvent, ces escrocs donnent à leur faux réseau un nom semblable à celui d’un réseau légitime disponible à proximité.

Peu de travailleurs se soucient de la sécurité mobile, même s’ils se servent en très grand nombre des zones d’accès sans fil. Dans une proportion de 95 %, les répondants au sondage GFI Software se branchent au moins une fois par semaine à un réseau Wi-Fi ouvert afin d’effectuer des tâches professionnelles, alors que 34 % d’entre eux le font un minimum de 20 fois, et certains, plus de 70 fois par semaine.

Plusieurs commentateurs prônent des mesures de protection simples :

  • Ne pas activer de connexion réseau automatique sur son appareil.
  • Éviter de traiter des renseignements confidentiels par l’entremise du Wi-Fi.
  • Avant d’entrer des renseignements confidentiels dans un site Web, vérifier s’il utilise le protocole SSL (désigné par l’icône du cadenas).
  • Ne pas utiliser d’applications sans savoir si elles chiffrent les données.
  • Une fois les tâches terminées, fermer rapidement la session préalablement ouverte dans le réseau Wi-Fi.
  • Mettre régulièrement à jour les logiciels de sécurité.
  • Encourager les employés à utiliser une connexion sécurisée fournie par l’entreprise (dans un bloc-notes ou une clé USB, par exemple).
  • Envisager l’utilisation d’un réseau privé virtuel (VPN).

À une époque où la mobilité a pris de vastes proportions, où les entreprises sont nombreuses à établir une politique d’utilisation des dispositifs personnels à des fins professionnelles, les dirigeants ont le devoir de sécuriser le travail mobile et de sensibiliser les employés à cette question.

RESSOURCES

Consultez notre document conçu pour aider les dirigeants à comprendre les impératifs d’un programme BYOD.

 

Share this article:
Comments are closed.