Vu la popularité d’Android au Canada, les TI devraient réviser leurs programmes BYOD

Attendez pour l’iPhone 5 : une étude d’Ipsos Reid indique que les appareils pilotés par Google sont devenus le choix prédominant des utilisateurs. Découvrez les conséquences pour les entreprises.

Share this article:

Une blague circulait sur Twitter la semaine dernière quand Apple a lancé l’iPhone 5, disant que les autres fournisseurs de technologie devraient prendre leur temps avant d’annoncer de nouveaux produits ou services. Ce que nous n’avons pas réalisé, du moins au Canada, c’est que les appareils Android de Google n’ont pas besoin d’une plus grande couverture médiatique.

Une étude publiée cette semaine par Ipsos Reid indique un écart surprenant entre les taux d’adoption des téléphones intelligents à l’échelle du pays, le système d’exploitation Android, plutôt qu’iOS, menant par une marge appréciable. À la lumière des données issues de sondages effectués en ligne au cours des 18 derniers mois, Ipsos Reid a découvert que l’utilisation d’iPhone est passée de 23 à 29 pour cent, tandis que celle d’Android a atteint les 36 pour cent pour tous les utilisateurs.

Cela jette une tout autre lumière sur ce à quoi les services de TI pouvaient s’attendre après le lancement du iPhone 5 et sur le tapage médiatique subséquent autour du nombre record de précommandes. Si Android représente le choix numéro un des utilisateurs, on peut supposer que ce type de téléphone intelligent sera le plus demandé par les employés d’entreprise dans le cadre des programmes d’utilisation d’appareils personnels (BYOD pour bring-your-own-device ou littéralement « apportez votre propre appareil »). Et cela entraîne une foule d’autres conséquences possibles…

  • Le problème de la multiplicité : On dira bien ce qu’on voudra de la nature exclusive d’Apple, mais pour les gestionnaires de TI et de réseaux, l’accès aux ressources du réseau au moyen d’une seule version d’un appareil facilite grandement les choses. C’est probablement pour cette raison que, par exemple, Yahoo attribue un iPhone à chaque employé aux États-Unis. Mais si les iPhone peuvent finir par être apprivoisés, il en va tout autrement d’Android. Entre Motorola, Samsung, LG et les autres, la plateforme présente des nuances propres à chaque appareil et les services de TI doivent en tenir compte dans leurs efforts de soutien.
  • La sécurité, un enjeu de taille : Les vulnérabilités d’Android soulèvent de nombreuses préoccupations depuis des années, notamment la façon dont les applications traitent les jetons d’authentification pour les demandes de service à Google. De fait, la semaine dernière, un rapport mentionnait que 50 pour cent des appareils Android exigent des correctifs. Il y a des années, en débattant de la sécurité propre à Microsoft et à Linux, Steve Ballmer m’a dit que les pirates s’attaquent toujours à la plateforme la plus populaire. Il avait bien raison; comparés à Android, les iPhone sont aussi protégés que Fort Knox.
  • Une migration simplifiée? En revanche, si des entreprises qui ont commencé avec un BlackBerry de RIM (comme Yahoo!) se préparent à introduire la nouvelle norme en matière de téléphone intelligent, on se consolera à l’idée que l’outil BlackBerry Mobile Fusion permettra la gestion d’appareils Android, un peu comme le faisait BlackBerry Enterprise Server pour ceux qui le connaissent. Cette capacité existe aussi pour les iPhone, mais compte tenu des liens d’Android avec les autres services de Google, elle pourrait mieux s’appliquer ici.
  • Prêt pour les entreprises : Dans un billet précédent sur l’iPhone, j’ai mentionné Cisco Mobile et son utilité pour mettre en œuvre la téléphonie IP. Par ailleurs, Cisco Jabber est disponible pour les appareils Android depuis un certain temps déjà et n’a été étendu à iOS que récemment. Cisco Jabber pour Android version 8.6.2, la plus récente mouture de la solution, offre des capacités de téléphonie IP d’entreprise et s’intègre au Gestionnaire de communications unifiées de Cisco.

Même si un rapport Gartner produit plus tôt cette année a révélé que la plupart des organisations évitent les appareils Android, la question n’est peut-être plus de savoir si Android est prêt ou non pour les entreprises. Les consommateurs canadiens ne veulent pas attendre que Google publie des API pour les fournisseurs de services de gestion d’appareils mobiles ou qu’elle propose d’autres outils pour rehausser la sécurité des téléphones intelligents qui exploitent sa plateforme. Les professionnels des réseaux les plus avisés commenceront à se pencher sur la question dès maintenant – tandis que les médias s’attarderont à compter le nombre de consommateurs qui feront la file pour obtenir leur iPhone 5 ce vendredi.

Quelles autres surprises attendent les services de TI? Découvrez-les en téléchargeant gratuitement la présentation technique de Frost & Sullivan, Les six innovations technologiques qui vont changer votre vie

 

Share this article:
Comments are closed.